Dans un élan de générosité Jhené Aiko sortait cette semaine non pas un mais deux visuels pour le single « Never Call Me », extrait de son album Trip sorti en Septembre dernier.

On retrouve Jhené dans deux univers diamétralement opposés. Dans un premier temps la chanteuse se présente en déesse de la création et de la mort japonaise et dépeint un univers solennel. Cette dernière met en scène les funérailles d’un homme dont elle a partagé un temps sa vie et à propos duquel elle se livre « Les funérailles sont pour un homme que je connaissais personnellement, un homme qui s’est égaré. Un homme qui a perdu sa fierté et son intégrité à cause de ses manières trompeuses et de son manque de compréhension de l’amour. »

Puis, on la découvre sous le soleil de Los Angeles dans une ambiance teintée de chill. Toutes les générations se retrouvent autour de la chanteuse qui retrace son quotidien dans le quartier de South Central. Cette dualité réside dans le métissage de la chanteuse, d’origine japonaise. Son dernier album « Trip » décrit d’ailleurs ses divers voyages aussi bien musicaux que personnels.