Pourquoi le Free-fight a t-il une si mauvaise réputation ?

C’est certainement l’un des sports qui déchaîne le plus les passions. Il y a le camp des « pour » et surtout celui des « contre ». Réputé ultra-violent, le free-fight mérite t-il une si grande méfiance ?

Conor McGregor, célèbre champion de MMA

Parler du free-fight c’est un peu comme marcher sur des œufs, à tel point qu’on préfère vous prévenir, on a sorti nos plus belles pincettes pour évoquer le sujet. Premier blasphème de notre part : utiliser le terme free-fight. L’appellation exacte, et dont la connotation est tout de suite moins violente, est le MMA (Mixed Martial Arts). Il s’agit concrètement de la réunion en une seule discipline de plusieurs sports de combat (Jiu jitsu brésilien, boxe thaï, boxe anglaise, lutte, etc).

« Takedown » ou projection au sol

Si aux States le MMA est largement entré dans les mœurs et bénéficie d’une large couverture médiatique avec des shows à Las Vegas retransmis à la télé, c’est loin d’être le cas en France. Même si la pratique dans les clubs est autorisée depuis peu, la loi française interdit encore les compétitions de MMA. Les haters détracteurs reprochent le fait que les combats se tiennent dans des cages et que l’on puisse frapper un adversaire au sol, flattant ainsi les plus bas instincts de l’Homme. Pour eux, il s’agit simplement de violence gratuite commise au nom du sport, et qui pire encore peut influencer de façon négative les jeunes.

Le « ground-and-pound » ou combat au sol

Ces arguments sont-ils valables ? Non selon les barbares défenseurs du MMA. D’après eux, chaque aspect du MMA peut se justifier. Lors des projections au sol, la cage empêche les combattants de passer par dessus bord ; et le combat au sol est en réalité plus impressionnant que dangereux car l’élan étant faible, l’impact des coups est donc moindre. De plus, la répartition des coups sur tout le corps est moins traumatisante et néfaste que d’être frappé uniquement à la tête. Enfin, des catégories de poids, un arbitre et des médecins assurent l’intégrité physique des combattants.

Herb Dean, célèbre arbitre de MMA

Sans vouloir prendre parti, notons tout de même qu’au vu de la popularité grandissante du MMA en raison de son aspect très pratique plus qu’artistique (notamment auprès des femmes), la légalisation pourrait faire mal à certains sports de combat traditionnels qui perdraient ainsi pas mal d’adhérents. Et si tout ça n’était finalement qu’une histoire d’oseille ?

Chacun se fera son propre avis sur ce sport si controversé. Un seul petit conseil : ne faites pas ça tout seul chez vous !

Ronda Rousey, première femme championne de WMMA

 

Commentaires

Scroll to top