INTERVIEW: Qui a plus d’ambition qu’Alyssa Bass ?

Mais qui est Alyssa Bass ? Cette ancienne participante de Belgium’s Got Talent et Eurokids se lance la tête la première dans le monde impitoyable du rap. Il était de notre devoir de lui poser quelques questions sur ses projets.

Peux-tu te présenter sans en faire trop ?
Je suis une jeune auteure, compositrice, interprète de 24 ans et je viens de Bruxelles.

R

Quand et comment t’es-tu mise à la musique ?
Je me suis mise très jeune vers 10 ans. J’allais tous les vendredis faire du karaoke avec mes parents parce que je les suppliais. À 11 ans j’ai eu un disque d’or, car j’ai participé à une émission qui s’appelait Eurokids en Belgique.

Quels sont tes inspirations ?
Mes inspirations sont diverses et variées mais disons que depuis petite je n’écoute pas de musique en français. En ce moment, j’écoute grave Smokepurp, PARTYNEXTDOOR, Offset , Cardi b , Tory Lanez, Bhad Bhabie , 21 Savage, Marty Baller.

Quelles sont tes origines ?
Je viens de Belgique mais je suis d’origine marocaine et turque.

Tes origines inspirent-elles ta musique ?
Mes origines n’inspirent pas ma musique mais disons que cette pluriculturalité m’aide beaucoup à avoir un regard différent sur la vie. D’ailleurs on peut le retrouver dans mes textes.

Quelle est ta relation avec Pengtingbass ?
PengtingBass c’est mon sang pour de vrai. C’est ma petite sœur mais c’est aussi ma meilleure amie. Je suis très proche de ma sœur.

Que penses-tu du rap féminin de Bruxelles ?
Il est inexistant pour moi à Bruxelles. Je n’ai vu aucune fille qui écrivait ses textes déjà pour commencer et pour moi c’est la base quand tu rappes ! Du coup je pense vraiment qu’il est à pousser !

Qu’est ce que tu écoutes ces temps-ci ?
En ce moment il y a “Culture 2” qui tourne et je me prend grave TEKASHI 6ix9ine et IAMDDB je kiffe pas mal aussi.

Peux-tu nous parler de ta signature chez Arista ?
Avant j’étais signée chez Capitol mais à part bloquer ma carrière, ils n’ont rien fait d’autre. Du coup j’avais un peu peur des maisons de disques, mais Julian (Rednation) m’a emmené chez Arista. Là j’ai rencontré Maxime Parnotte et j’ai tout de suite accroché parce que c’était pas un DA comme les autres.

Déjà il avait touché à la musique, c’est à dire que c’est un ancien beatmaker et le feeling est grave bien passé. Je savais que je voulais travailler avec lui. Après j’ai eu d’autres propals qui sont tombés. J’ai rencontré le boss d’Artista, Vincent, et pareil ça a été très spontané. Il avait capté mon délire directement. J’ai rien calculé à part ce label et aujourd’hui je suis très contente de travailler avec cette équipe car je suis libre artistiquement avec un DA motivé et qui pousse mon délire vraiment. Ça n’a pas de prix !

Tu voyages beaucoup ! Comment ça se fait, t’es blindée ?
À mon goût je voyage pas encore assez pourtant. Non je ne suis pas blindée. C’est grâce à la musique tout ça !

Quel conseil donnerais-tu a une jeune rappeuse ?
De surtout rester bornée et aller vraiment vers l’élan rap qu’elle sent en elle. Je lui conseillerais de se montrer. Quand on rappe, faut surtout pas hésiter à partager son art sur les réseaux. Grâce à internet aujourd’hui, plein de choses sont possibles !

Où te vois-tu dans 10 ans ?
Dans 10 ans j’espère que j’aurais mon label pour mettre en avant d’autres artistes et que j’aurais déjà fait de belles choses dans la musique qui m’auront permise de passer les frontières.

Quels sont tes projets à venir ?
Là pour l’instant je suis à fond sur le projet qui va pas tarder à arriver!

Le mot de la fin ?
TRAP !

Commentaires

Scroll to top