Le crooneur natif de San Pedro a sorti début décembre un album à la fois envoûtant et festif.

Une grande fête mélancolique

« War and Leisure » est composé de 12 tracks ensoleillés et rythmés par la voix sensuelle, presque magnétique, de Miguel. Son flow entraînant transporte sans mal l’auditeur dans les histoires d’amour du chanteur. Beaucoup de productions, majoritairement signées Happy Perez et l’artiste lui-même, nous ramènent à des rythmes des années 80.

Le projet est cependant teinté de mélancolie, caractéristique du « Rythm and Blues », injectée par petites doses dans ce kaléidoscope sensuel. Le spleen est notamment présent sur des titres comme « Wolf », où Miguel est accompagné de Quiñ, talentueuse chanteuse Soul/RnB, ou encore sur « Harem ». Là où le crooner excelle, c’est dans la célébration. Le chanteur nous surprend ainsi sur « Caramelo Duro », un son festif aux rythmes latinos, dans lequel Kali Uchis est une belle valeur ajoutée.

Le plus rappeur des chanteurs

Miguel est déjà connu du public rap pour ses collaborations. Présent sur l’excellent « Blank Face LP » de ScHoolboy Q, sur le titre « Overtime », sur « Week-end » de Mac Miller, ou encore sur « Everyday » d’A$AP Rocky, le chanteur ne cache pas son affection pour les MC’s.
Travis Scott, qui avait déjà participé au remix du tube « Waves », est d’ailleurs une nouvelle fois présent aux côtés de Miguel sur « Skywalker », Le single de « War & Leisure ». J. Cole est lui aussi de la partie sur le posé « Come Through and Chill » (que Miguel a interprété en live pour Vevo), et le parolier délivre un couplet vraiment à la hauteur de son talent.

Enfin, Rick Ross fait une apparition sur « Criminal », l’introduction de l’album. Ce morceau bénéficie d’ailleurs d’un beat extrêmement soigné, qui ressemble à celui de la pépite de l’album, « City of Angels ». Celui-ci achève de nous séduire, et de nous faire dire que « War & Leisure » raisonne comme la bande-son d’une soirée sur la plage, arrosée de weed et de tequila. Le chill, par Miguel.